2016 | by PROHEALTH consortium | Print Article

Conclusions d’une étude PROHEALTH dans des élevages de porcs français

La mortalité des porcelets est un des principaux facteurs de préoccupation de l’industrie porcine dans le monde et se traduit par des performances réduites des truies et des pertes économiques significatives. Selon différentes études sur la mortalité des porcelets, l’écrasement et la mortinatalité sont considérés comme les causes principales de  mortalité néonatale. Les risques, pour chaque cause spécifique de mortalité des porcelets, n’ont pas encore été pleinement explorés. De plus, la littérature actuelle ne tient pas compte des différences qui existent entre les exploitations individuelles et la contribution de ces différences au problème de mortalité néonatale.

Une étude conduite par PROHEALTH dans des élevages porcins français donne un nouvel éclairage sur cette question. Les 146 élevages de cette étude ont signalé des problèmes de mortalité et faisaient partis d’un audit mené par le laboratoire du groupe CCPA. L’analyse comptait un total de 7 928 porcelets morts pour 40 101 naissances. Une moyenne de  18.1 ± 5.6 truies a été échantillonnée au hasard dans chaque élevage, tous les porcelets morts des truies échantillonnées ont été autopsiés. Nous avons identifié que six causes principales de mortalité représentaient 85% de la mortalité des porcelets, jusqu’à 48h après la naissance. Ces causes sont, par ordre d’importance (Figure 1):

1. Mort pendant la mise-bas 23%

2. Porcelets non viables (<800g) 21%

3. Mort avant ou pendant la mise-bas avec signes de septicémie 17%

4. Momification 11%

5. Ecrasement 8%

6. Dépérissement 5%

7. Autres 15%, incluant maladies aiguës, mort avant mise-bas avec signes d’autolyse, anémie, etc.

Newsletter April 2016

S’il est vrai que l’écrasement est une cause bien connue de mortalité des porcelets, il ne figure finalement pas parmi les trois causes premières de mortalité comme on aurait pu le prévoir. Les mortalités survenues avant ou pendant la mise-bas ont été la cause principale des pertes et devraient faire l’objet de plus d’attention en terme de stratégies correctives. Les morts pendant la mise-bas (mort-nés) étaient la principale cause de mortalité des porcelets. Cependant, la mortinatalité est due à nombre de causes différentes qui peuvent être classées en 3 catégories (Figure 2) :

  • Morts durant la mise-bas (52%)
  • Morts pendant la mise-bas avec signes de septicémie (39%)
  • Morts avant la mise-bas avec signes d’autolyse sur les organes internes (9%)
Newsletter April 2016

Nos observations suggèrent que différents facteurs contribuent à la cause et la prévention potentielle de la mortinatalité:

  • La mortalité durant la mise-bas était réduite la nuit alors que ce n’était pas le cas pour les autres causes de mortinatalité. Comme aucune aide n’était apportée à la mise-bas durant la nuit, cette observation suggère que des pratiques de gestion inappropriées durant  la mise-bas peuvent contribuer à cette cause spécifique de mortalité.
  • La mortalité pendant la mise-bas a été associée à des porcelets de faible poids par rapport aux autres causes de mortinatalité. 

Si les porcelets survivent à la mise-bas, ils sont ensuite confrontés au risque de dépérissement ou d’écrasement. Nous avons noté une réduction des morts post mise-bas par dépérissement durant les heures de la journée. Ceci souligne l’importance de l’assistance à la mise-bas et à la post mise-bas durant les heures « ouvrées » pour, par exemple, encourager les porcelets à consommer le colostrum.

Le poids des porcelets, la parité de la truie, la taille de la portée, la cause de mortalité des autres porcelets de la portée et la saison ont tous été identifiés comme facteurs de risques potentiels de certaines causes de mortalité des porcelets. Ceci souligne l’importance de définir le profil de mortalité des porcelets présent sur l’élevage.

Nous avons développé une méthodologie basée sur des analyses statistiques pour classifier les élevages. Les critères considérés pour la classification de chaque élevage étaient : le pourcentage des 6 causes les plus fréquentes de mortalité néonatale des porcelets identifiées dans l’étude, le poids moyen des porcelets morts et la taille moyenne de la portée des truies. Sur la base de ces critères, nous avons identifié 3 catégories différentes d’élevage (Figure 3). Cette classification permettra une meilleure compréhension des similarités et des différences entre élevages de porcs. Nous pourrons alors cibler leurs faiblesses spécifiques et élaborer des stratégies mieux adaptées pour les aider à réduire la mortalité des porcelets.

Newsletter April 2016

Comments


No comments yet